Espace membre
[swpm_login_form]

La synthèse hebdo du 18 février

Publié le 18 février 2019, par Matthieu Devillard

Imprimer la synthèse

– Mercredi 13 février 2019 –

L’âge de l’instruction obligatoire passe de 6 à 3 ans
avec l’adoption de la loi « pour une école de la
confiance »

L’Assemblée nationale a voté dans la soirée l’abaissement de l’âge de l’instruction
obligatoire, vanté par le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer comme un “marqueur
républicain”. Traduction d’un engagement présidentiel pris en mars 2018, la mesure devrait
entrer en vigueur dès la rentrée de septembre 2019. Les députés ont également adopté un
amendement gouvernemental d’obligation de formation pour les jeunes de 16 à 18 ans, en
accord avec le plan pauvreté annoncé en septembre 2018 par Emmanuel Macron. Enfin
l’introduction de l’homoparentalité dans les formulaires scolaires a suscité de vifs débats, les
mentions “père” et “mère” devant être remplacées par “parent 1” et “parent 2”.

Le gouvernement présente sa réforme de la fonction
publique

Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des comptes publiques
Gérald Darmanin, a présenté les grandes lignes du projet de loi : évolution des conditions de
travail des agents de la fonction publique, recours accru aux contractuels, réforme des
modalités et instances du dialogue social. Le Premier ministre Edouard Philippe s’aventure
sur un terrain sensible face aux syndicats.

 

– Jeudi 14 février 2019 –

Alain Juppé rejoint le conseil Constitutionnel

C’est dans les premiers jours de mars qu’il rejoindra le Conseil constitutionnel à Paris où il
succédera à Lionel Jospin. Alain Juppé quitte donc en cours mandat son poste de maire de
Bordeaux. Il se dit motivé par le souhait d’éviter un éventuel “mandat de trop” à l’issue des
nouvelles élections municipales de mars 2020. Après environ un quart de siècle à la tête de
la ville, son action est globalement jugée positive par les Bordelais.

La rencontre entre les dirigeants russe, turc et iranien
se déroule dans un climat de tension alors que les
Américains se retirent de Syrie

Alliés sur le terrain en Syrie et réunis pour la quatrième fois depuis 2017, Vladimir Poutine,
Recep Tayyip Erdogan et Hassan Rohani font néanmoins face à des divergences de vue
quant au contrôle des régions-clés de ce pays déchiré par huit années de guerre. Le Kremlin
accroît notamment la pression sur Ankara pour lancer une offensive sur la province d’Idlib où
les rebelles proches d’Al-Qaida ont renforcé leur influence.

 

– Vendredi 15 février 2019 –

François de Rugy répond aux signaux d’alarme lancés
par des associations écologistes

Une pétition signée par 2,1 millions de Français accompagne l’initiative des quatre
associations – la Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace France, Oxfam France et Notre
Affaire à Tous. L’envoi de la réponse de M. de Rugy et de l’argumentaire de dix pages
l’accompagnant avait été précédé hier, jeudi 14 février, par la rencontre entre Edouard
Philippe et lesdites associations. C’est également aujourd’hui que s’est déroulé la première
“grève scolaire pour le climat” – initiative lancée durant l’été 2018 par la jeune Suédoise
Greta Thunberg -, notamment à Paris avec une manifestation devant le ministère de la
Transition écologique.
Découvrez notre Focus : “Doit-on craindre le réchauffement climatique ?”

Donald Trump invoque l’urgence nationale pour
financer le mur anti-migrant à la frontière avec le
Mexique

La décision intervient alors que les négociations budgétaires concernant le blocage partiel
des administrations fédérales prennent fin ce soir à minuit. Ainsi 800 000 employés fédéraux
et des milliers de contractuels s’étaient retrouvés au chômage technique pendant plus d’un
mois. Le “National Emergencies Act”, voté en 1976, autorise le Président des Etats-Unis à
invoquer une urgence nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires, habituellement en
cas de catastrophe naturelle, sanitaire ou acte de terrorisme. Abus de pouvoir? Ici, il serait
utilisé par Donald Trump pour contourner le Congrès et s’appuyer sur l’armée afin d’ériger
son mur…

Pedro Sànchez convoque des élections anticipées

Suite au rejet par le Parlement du budget 2019 mercredi, le chef du gouvernement espagnol
a été contraint de convoquer des élections législatives anticipées. Les élus catalans
indépendantistes ont choisi de rejeter le budget en raison du refus du gouvernement
d’organiser un référendum d’autodétermination. Cela s’inscrit dans le contexte de ravivement
des tensions autour de la Catalogne. En effet mardi s’ouvrait le procès des leaders
indépendantistes, accusés d’avoir favorisé la montée des partis d’extrême-droite. En réaction
à ce procès il est d’ores et déjà annoncé de larges manifestations dans les rues de
Barcelone ce samedi. On prévoit pour les élections fixées le 28 avril une entrée inédite de
partis d’extrême-droites au Parlement.

 

INSCRIVEZ-VOUS AUJOURD’HUI

Abonnez-vous aux synthèses !

Inscription