Espace membre
[swpm_login_form]

La synthèse hebdo du 26 mars

Publié le 26 mars 2019, par Matthieu Devillard

Imprimer la synthèse

 

 

– Lundi 18 mars 2019 –

 

Le projet de loi santé d’Agnès Buzyn est discuté à l’Assemblée

Le texte maintient la liberté d’installation des médecins contre l’avis d’un nombre croissant de députés. Les parlementaires des territoires sous-dotés sont décidés à déposer des amendements pour éviter l’installation des médecins dans des territoires déjà pourvus. Parmi les autres mesures du projet de loi, on note la suppression du numerus clausus, la reconversion de 500 à 600 hôpitaux vers la médecine générale et la gériatrie, et la prescription de médicaments des pathologies bénignes par les pharmaciens.

 

Le cardinal Barbarin rencontre le Pape au Vatican

Condamné à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs, l’archevêque de Lyon avait annoncé le 7 mars sa décision de remettre sa démission au Pape. Au nom de la présomption d’innocence jusqu’au procès en appel, le Pape François refuse la démission du cardinal Barbarin. Ce dernier se met toutefois en retrait du diocèse dont la conduite est laissée pour le moment au vicaire général modérateur, le père Yves Baumgarten.

 

Emmanuel Macron invite chercheurs et essayistes à un débat privé

Une soixantaine d’intellectuels – économistes, sociologues, philosophes, historiens, juristes, scientifiques ou encore essayistes – répondent à l’appel du président à s’exprimer sur la responsabilité de l’intellectuel au sein d’une société en crise. Ce débat inédit ne dure pas moins de huit heures; s’y pose le défi de retrouver et de partager un langage et un imaginaire commun dans un contexte de démocratie fragilisée.

 

 

– Mardi 19 mars 2019 –

 

La Première ministre Jacinda Ardern réunit le Parlement néo-zélandais en session spéciale

Suite aux attentats de Christchurch, Jacinda Ardern fait l’unanimité dans la gestion du drame et convoque le Parlement pour durcir immédiatement la législation sur les armes. A la tête du pays depuis octobre 2017, cette sociale-démocrate incarne la modernité dans un pays qui fut le premier à accorder le droit de vote aux femmes. Elle est aujourd’hui perçue comme la “mère de la nation”.

 

 

– Mercredi 20 mars 2019 –

 

Le conseil des ministres nomme le nouveau préfet de police de Paris

L’ex-préfet régional de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallemand remplace désormais Michel Delpuech à la tête de la Préfecture de police de Paris. Ce dernier est limogé suite aux graves dysfonctionnements observés dans la foulée des manifestations du samedi 16 mars. A charge pour le nouveau préfet de réformer une puissante machine dotée de 27.500 policiers.

 

 

– Jeudi 21 mars 2019 –

 

Bruxelles accepte de reporter la date du Brexit

Un sursis de deux semaines : c’est ce à quoi les Vingt-Sept consentent pour reporter la date du Brexit. La date en est donc décalée au 12 avril si la Première ministre britannique ne parvient pas à convaincre son Parlement d’approuver l’accord de retrait; ou au 22 mai si les députés britanniques approuvent la semaine prochaine l’accord de divorce conclu en novembre avec l’Union Européenne. Mais le report est allongé jusqu’au 30 juin si le Royaume-Uni décide de participer aux élections européennes de la fin mai. Dans ce contexte de grande confusion, il semble qu’un nombre croissant de parlementaires britanniques souhaitent la démission de la Première ministre en raison de sa gestion du Brexit.

 

L’affaire Benalla déclenche une crise entre le Sénat et l’exécutif

Le Sénat transmet à la justice les dossiers des trois plus proches collaborateurs d’Emmanuel Macron. Ces derniers sont suspectés de « faux témoignages » lors de leurs déclarations sous serment devant la commission d’enquête parlementaire conduite sur l’affaire Benalla. La proximité de ces personnalités avec le chef de l’Etat – en particulier son secrétaire général, Alexis Kohler, et son directeur de cabinet, Patrick Strzoda – confère une dimension sensible à la décision du Sénat, dirigé par la droite.

 

 

– Vendredi 22 mars 2019 –

 

Les Algériens continuent de manifester contre le régime de Bouteflika

Il s’agit du cinquième vendredi de mobilisation dans toutes les villes du pays. Les manifestations se poursuivent dans le calme. “Non, c’est non” titre le journal El Watan dans son édition du jour, alors que le président en exercice ne semble pas décidé pas à quitter le siège de la présidence, le 28 avril prochain, comme le prévoit la Constitution. D’où le nouveau slogan de la marche : “Qu’ils partent tous”, scandé dans toute l’Algérie. Les défections annonciatrices d’une fin de règne proche, espèrent les Algériens, s’enchaînent pourtant dans l’entourage présidentiel.

 

 

– Samedi 23 mars 2019 –

 

Pour leur acte XIX, les gilets jaunes défilent dans le calme à Paris

Selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, environ 40.500 personnes sont mobilisées en France ce samedi. Alors que l’artère des Champs-Élysées, saccagée la semaine dernière, est interdite d’accès aux manifestants, ceux-ci se replient sur des quartiers alternatifs de Paris. En province, on déplore quelques heurts à Nice, Bordeaux ou Montpellier, malgré le décret d’interdiction émis par les préfets d’une quinzaine de villes de manifester dans les périmètres sensibles.

 

Des centaines de milliers d’europhiles défilent à Londres contre le Brexit

 Les participants de cette marche baptisée “People’s vote” réclament un nouveau référendum. Ceci alors que la pétition appelant à un arrêt du Brexit dépasse la barre des 4 millions de signatures, dans un contexte où la Chambre des communes a rejeté mi-mars l’option d’un second référendum auquel Theresa May est également totalement défavorable.

 

L’exposition Toutankhamon ouvre à Paris

Jusqu’au 15 septembre, environ 150 des 5398 objets extraits de la tombe du pharaon d’Egypte – dont une cinquantaine sortent du pays pour la première fois – sont exposées à la Grande Halle de la Villette. La précédente exposition, remontant à 1967, avait rencontré un succès phénoménal avec 1,2 millions de visiteurs. Loin d’avoir livré tous ses mystères, la civilisation antique égyptienne n’en finit pas de fasciner.

 

 

– Dimanche 24 mars 2019 –

 

Le califat s’éteint mais non la menace de Daech

Autoproclamé en 2014, le califat de l’État islamique a perdu son dernier bastion avec Al Baghouz samedi 23 mars. Les combattants de Daech sortent aujourd’hui des tunnels pour se constituer prisonniers auprès des Forces démocratiques syriennes (FDS). La coalition menée par les Etats-Unis se félicite de cette nouvelle étape de la guerre contre l’organisation terroriste, entamée en août 2014. Tout en nuançant la portée de cette victoire militaire, car sur les terrains syrien et irakien, l’EI est retourné à la clandestinité et demeure implanté bien au-delà des frontières de son “califat” : Afghanistan, Libye, Sinaï égyptien, Sahel, Asie Centrale…

 

Xi Jinping rencontre Emmanuel Macron à Nice

Après une tournée européenne débutée en Italie le 21 mars, Xi Jinping se rend à Monaco puis en France du 24 au 26 mars : cette succession de visites bilatérales s’avère hautement significative pour l’Union européenne (UE). Chaque étape est pour le président chinois l’occasion d’un exercice de communication et de promotion de son projet phare des «nouvelles routes de la soie», ou initiative «Belt and Road» (BRI, selon le sigle anglais). Mais c’est aussi le moment choisi par les États membres de l’UE pour accorder la réponse européenne aux ambitions – et ambiguïtés – chinoises, sous la forme d’un plan d’action, si les Vingt-Huit réussissent à surmonter leurs divergences. Emmanuel Macron affiche une position de fermeté face au président chinois, alors que l’Italie a signé samedi 23 mars un protocole d’accord «non contraignant » avec la Chine, devenant ainsi le premier pays membre du G7 à intégrer ce projet pharaonique d’infrastructures maritimes et terrestres.

 

Un tir de roquette depuis la bande de Gaza ravive les tensions en Israël

La roquette tirée dans la nuit de dimanche à lundi touche Mishmeret, village situé à plus de 80 km de la bande de Gaza, faisant quelques blessés légers dont des enfants. Depuis les États-Unis où il est en visite officielle, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou promet de répondre « avec force » à cette attaque. Dans la foulée, l’armée israélienne, qui accuse le mouvement islamiste Hamas d’être l’auteur du tir, annonce qu’elle va renforcer  ses positions autour de la bande de Gaza.

Découvrez notre Focus : “La politique d’Israël envers la Palestine est-elle justifiée ?”

 

 

INSCRIVEZ-VOUS AUJOURD’HUI

Abonnez-vous aux synthèses !

Inscription