Espace membre
[swpm_login_form]

La synthèse hebdo du 29 avril

Publié le 29 avril 2019, par Matthieu Devillard

 

Imprimer la synthèse

 

– Lundi 22 avril 2019 –

 

Gaspard Glanz a interdiction de participer à toute manifestation jusqu’à son procès

Le journaliste indépendant, spécialiste des mouvements sociaux, a été arrêté samedi au cours d’une manifestation des Gilets jaunes à Paris. Il a passé 48 heures en garde-à-vue au terme de laquelle il est convoqué par le tribunal de Paris le 18 octobre pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ». Il avait en effet adressé un doigt d’honneur à des CRS. Cette décision implique qu’il a interdiction de se rendre aux manifestations se déroulant à Paris durant ces six prochains mois. Son avocat déplore une entrave à la liberté de la presse. Le reporter explique quant à lui qu’il se rendra aux manifestations quoi qu’il lui en coûte. De nombreux syndicats de journalistes dénoncent pour leur part la difficulté d’exercer leur métier dans les conditions actuelles et apportent leur plein soutien à Gaspard Glanz.

 

 

– Mardi 23 avril 2019 –

 

Nathalie Loiseau est au cœur d’une polémique concernant sa présence sur une liste d’extrême droite en 1984

La légitimité de la tête de liste de LREM aux élections européennes est remise en cause, selon les médias qui relaient cette affaire. Médiapart a retrouvé le nom de jeune fille de Nathalie Loiseau sur une liste d’un syndicat d’extrême droite pour des élections étudiantes alors qu’elle préparait le concours de l’ENA à Science po. Pourtant Nathalie Loiseau déclare être rentrée en politique pour combattre l’extrême droite. Sa campagne actuelle est totalement orientée contre le Rassemblement National de Marine Le Pen. Pour sa défense, elle assure avoir oublié cet épisode et ignorer à l’époque la présence de l’extrême droite dans cette liste d’union des droites. Le parti du Président prône l’erreur de jeunesse afin de minimiser l’épisode qui le met à mal.

 

Les juges renvoient Pénélope et François Fillon devant le tribunal correctionnel

L’affaire des emplois fictifs a entaché la campagne du candidat à l’élection présidentielle en 2017. Elle a contribué à lui faire perdre l’élection mais plus encore a mis un terme à sa carrière politique. Elle avait pris la tournure d’un feuilleton. Chaque jour de la campagne réservait son lot de nouvelles révélations et de rebondissements. Tout cela avait pris fin avec l’élection d’Emmanuel Macron. Mais la justice a continué de faire son travail dans l’ombre. Près de deux ans plus tard, François Fillon va être jugé pour détournement de fonds publics, recel de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Son épouse, est, elle, renvoyée devant le tribunal pour complicité et recel de détournement de fonds publics et recel d’abus de biens sociaux. L’ancien suppléant de M. Fillon à l’Assemblée national, Marc Joulaud, devra comparaître pour répondre de l’accusation de détournement de fonds publics. Leurs avocats dénoncent des manquements à la séparation des pouvoirs.

 

 

– Mercredi 24 avril 2019 –

 

La Conseil d’État valide la décision d’arrêter les soins de Vincent Lambert

Cet homme de 42 ans, plongé dans un état de conscience minimale depuis 2008, est au cœur d’une bataille judiciaire mettant en question l’acharnement thérapeutique et l’euthanasie en France. Cette affaire oppose le CHU de Reims et la femme de Vincent Lambert à ses parents. Ces derniers refusent l’arrêt de l’alimentation artificielle de leur fils ainsi que la mise en place d’une sédation profonde et continue demandés par les premiers. De nombreux collèges d’experts ont, au cours de multiples instructions judiciaires, rendu des conclusions parfois contradictoires sur la justification de l’arrêt de ces soins. Le Conseil d’État « confirme que l’état végétatif du patient était comparable cliniquement à celui constaté en 2014, à l’exception “d’éléments minimes d’aggravation” » et acte que « M. Lambert n’aurait pas voulu vivre dans de telles conditions ». Les parents annoncent recourir à la Cour européenne des droits de l’homme « pour violations délibérées du droit au procès équitable » et au Comité des droits des personnes handicapés « qui examinera le respect par la France de la convention internationale des droits des personnes handicapées ».

 

 

– Jeudi 25 avril 2019 –

 

Emmanuel Macron rend ses conclusions du grand débat

Une semaine et demi après l’allocution annulée en raison de l’incendie de Notre-Dame, Emmanuel Macron opte pour l’exercice de la conférence de presse. Au cours d’une allocution suivie de questions-réponses avec les journalistes présents, le Président dessine les grandes lignes directrices de la seconde moitié de son quinquennat. Son objectif est de montrer qu’il a pris conscience des difficultés et des exigences des français tout au long de 92 heures de débats qu’il a menées à travers la France. Il se positionne ainsi en instigateur de la politique qui va être exécutée par le Gouvernement mais se refuse à entrer dans les détails. Il entend approfondir et accélérer les réformes engagées ou annoncées durant sa campagne. Il assume de ne pas changer de cap et prend la responsabilité de décisions impopulaires nécessaires, selon lui, à la réussite de son quinquennat.

 

Le ministre de la défense chinois dénonce la présence dans ses eaux territoriales de la marine française

Cet incident diplomatique prend racine dans la controverse autour de l’espace maritime contrôlé par les chinois en mer de Chine. Depuis plusieurs mois une guerre d’intimidation oppose la Chine et les États-Unis dans cette région. Les seconds cherchent à répondre aux ambitions grandissantes de l’Empire du milieu en termes de contrôle des routes maritimes. La France invoque « la liberté de navigation et le droit de la mer » pour justifier le passage de sa frégate Vendémiaire par le détroit controversé de Taiwan. Ces eaux sont considérées comme internationales par l’ONU alors que la Chine y revendique sa souveraineté. Au-delà de ce passage par le détroit de Taiwan, les experts estiment que la présence renforcée de la marine nationale dans cette région du monde pourrait être la cause de ces représailles diplomatiques de la part de Chine qui voit d’un mauvais œil l’activité maritime française.

 

 

– Dimanche 28 avril 2019 –

 

Pedro Sanchez arrive en tête des élections législatives espagnoles

Le chef du gouvernement sortant, tête d’affiche du parti socialiste espagnol, est le mieux placé pour prendre la tête du nouveau gouvernement. Son parti obtient une avance confortable sur ses adversaires avec 29% de voix selon les résultats partiels portant sur 90% des bulletins. Ce n’est toutefois pas suffisant pour détenir la majorité des 350 sièges à pourvoir. Ainsi, le prochain défi va être de rassembler une coalition stable avec une multitude de partis minoritaires. Il est à noter que pour la première fois l’extrême droite entre au Parlement. Elle arrive en cinquième position avec 10% des voix. Le taux de participation de cette élection est également remarquable puisque 75% des électeurs s’y sont rendus, chiffre inégalé depuis 2015.

 

 

INSCRIVEZ-VOUS AUJOURD’HUI

Abonnez-vous aux synthèses !

Inscription