Espace membre
[swpm_login_form]

La synthèse hebdo du 20 mai

Publié le 20 mai 2019, par Matthieu Devillard

 

Imprimer la synthèse

– Lundi 13 mai 2019 –

 

La justice condamne Bayer à verser 2 milliards de dollars à un couple d’américains

L’entreprise pharmaceutique a racheté Monsanto l’année dernière. Bayer perd son troisième procès aux États-Unis depuis qu’elle est devenue propriétaire de l’herbicide controversé, le Roundup. La justice condamne cette fois le groupe allemand à verser 2 milliards de dollar, soit environ 1,8 milliard d’euro au couple Pilliod. Le jury de la Cour supérieure d’Oakland reconnaît le produit à base de glyphosate comme étant à l’origine des cancers qu’ont contractés chacun des deux époux. Bayer doit faire face à 13 400 actions en justice rien qu’aux États-Unis. Il continue toutefois à soutenir que son produit est inoffensif pour l’homme. Selon lui, des années de recherche et de tests ont approuvé cela.

 

 

– Mardi 14 mai 2019 –

 

Le Président Emmanuel Macron préside l’hommage national aux soldats tués au Burkina Faso

Cette cérémonie salue l’acte «héroïque » des deux membres des forces spéciales françaises, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, qui ont permis la libération de quatre otages dont deux français, dans la nuit du 9 au 10 mai. C’est aussi l’occasion pour le Président de la République de décorer les deux soldats, à titre posthume, de l’ordre de la légion d’honneur. Les français sont invités à leur rendre hommage sur le pont Alexandre III où passe le cortège funéraire avant d’entrer dans la cour d’honneur des Invalides. Cette tradition d’hommage aux citoyens français morts au combat est cependant assez récente car elle remonte à 2011 et résulte d’une initiative partagée d’associations d’anciens combattants et du gouverneur militaire de Paris.

 

 

– Jeudi 16 mai 2019 –

 

Les Etats-Unis interdisent le groupe chinois Huawei, soupçonné d’espionnage

Le Président des États-Unis Donald Trump interdit aux groupes américains d’échanger avec des sociétés étrangères de télécommunication jugées « dangereuses pour la sécurité nationale », dont Huawei. Le géant Google, dont le système mobile Android équipe une grande majorité des smartphones dans le monde, explique se conformer à ce détachement et suspendre ses relations avec le groupe chinois. Les futurs téléphones vendus par la firme chinoise devront donc se passer des technologies de Google, comme Gmail, Youtube ou Google Maps. Cependant, les téléphones déjà sur le marché ne devraient pas être affectés . Les États-Unis et la France craignent une ingérence du groupe dans le déploiement du réseau 5G, prévu après 2020, dont Huawei est le spécialiste mondial.
L’Union européenne peine à trouver une position commune sur le sujet de la cyber-sécurité et des télécommunications. Les pays membres présentent des avis divergents sur l’utilisations d’équipements chinois sur leurs territoires.

 

 

– Vendredi 17 mai 2019 –

 

Taïwan légalise le mariage homosexuel

La petite île, sur laquelle le régime chinois revendique sa souveraineté, est le premier pays d’Asie à reconnaître le mariage homosexuel. Ce jugement intervient deux ans après que le Conseil constitutionnel a déclaré anticonstitutionnel l’absence du mariage gay. L’adoption par le Parlement de cette loi est une grande victoire pour la communauté LGBT en cette journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. Ses partisans veulent montrer la place de précurseur qu’occupe Taïwan en Asie dans la lutte pour la tolérance. Le pays se démarque ainsi de son rival chinois, se présentant comme une “vraie démocratie”. Cette avancée pour les progressistes a toutefois été combattue par les conservateurs religieux jusqu’à son adoption.

 

Après l’Alabama et la Georgie, le Missouri restreint à son tour le droit à l’avortement

Les États conservateurs américains se liguent pour faire changer le droit à l’avortement et le rendre plus restrictif. Ils ont, chacun à la suite, adopté des lois uniquement applicables dans leurs États. Pour le Missouri, elle interdit aux médecins de pratiquer des avortement au-delà de huit semaines de grossesse sous peine de prison. Elle dispose d’exceptions mais qui ne prennent pas en compte les victimes de viol ou d’inceste. Cette loi devrait être promulguée par le gouverneur républicain, Mike Parson, un opposant à l’IVG. Il s’est félicité d’avoir fait passer le nombre d’avortements de 20 000 à 3 000 dans son État. Ces différentes lois, votées dans des États majoritairement conservateurs, et très religieux, devraient être par la suite invalidées par les tribunaux. Elles ne rentrent pas dans le droit fédéral qui reconnaît le droit à l’avortement depuis 1973. Le but pour ces États est d’utiliser tous les recours jusqu’à la Cour suprême afin de le faire changer. Donald Trump y a nommé deux juges opposés à l’avortement.

 

 

– Samedi 18 mai 2019 –

 

Les partis d’extrême droite européens se sont réunis à Milan

Le chef de la Ligue, le parti d’extrême droite italien, Matteo Salvini, regroupe à Milan, les représentants d’une dizaine de partis nationalistes et identitaires européens, dont Marine Le Pen, chef du Rassemblement National, pour préparer les élections européennes qui auront lieu entre le 23 et le 26 mai. Il appelle les européens à se mobiliser en nombre lors de ce scrutin pour dépasser « la gauche (…) et tourner le dos au passé ». Son objectif est de faire du groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL), qui représente déjà la Ligue, le RN, le FPÖ autrichien et le Vlaams Belang flamand, un grand pôle d’influence au Parlement européen. Ce rassemblement ne semble pas faire l’unanimité au sein des partis dits populistes. Viktor Orban, le premier ministre hongrois, fait figure de grand absent et ne se reconnaît pas dans cette alliance. Son parti national-conservateur, le Fidesz est membre du groupe PPE avec Les Républicains.

 

La crise gouvernementale contraint le chef du gouvernement autrichien à organiser des élections législatives anticipées

Le vice-chancelier (FPÖ), Heinz-Christian Strache, est poussé à la démission après la publication d’une vidéo compromettante sur ses liens avec la Russie. Des images tournées en 2017 le montre en train de convaincre une personnalité influente russe de financer son parti et de racheter un journal. Proche des élections européennes, ce scandale impacte directement la coalition au pouvoir en Autriche. Heinz-Christian Strache et le chancelier autrichien Sebastien Kurz avaient formé en décembre 2017 un gouvernement de coalition, pour cinq ans. Mais cette alliance est aujourd’hui compromise par cette vidéo. Le chancelier a d’ailleurs annoncé la préparation prochaine d’élections législatives anticipées ainsi que la fin probable de cette coalition politique. Harald Vilimsky, la tête de liste du FPÖ, fait partie de la coalition actuellement au pouvoir en Autriche. Il a annulé sa venue au congrès organisé par Salvini pour cause de scandale politique.

 

 

INSCRIVEZ-VOUS AUJOURD’HUI

Abonnez-vous aux synthèses !

Inscription