Espace membre
[swpm_login_form]

La synthèse hebdo du 1er juillet 2019

Publié le 01 juillet 2019, par Matthieu Devillard

Imprimer la synthèse

 

– LUNDI 24 JUIN  –

 

Le candidat du président Erdogan perd les élections à la mairie d’Istanbul

Ekrem Imamoglu, du Parti républicain du peuple, prend la tête de la ville la plus riche et la plus peuplée de Turquie. Cette élection est qualifiée de « camouflet politique » pour le Président Erdogan. Son parti, l’AKP, avait fait invalider et réorganiser l’élection du 31 mars qu’il avait déjà perdue face au même candidat. Les stambouliotes ont réaffirmé leur vote de sanction envers le parti au pouvoir, qu’ils estiment incapable de réformer le pays en difficulté économique. Mais le peuple a particulièrement sanctionné le musellement de l’opposition ainsi que la réorganisation de cette élection jugée inutile et injuste. C’est la première fois depuis 2002 que l’AKP perd une élection et cela faisait 25 ans que Istanbul était la chasse gardée du Président Erdogan. Il y avait été élu maire en 1994. Les Turcs ont manifesté leur joie à la vue de ce qu’il estime être le point de départ d’un renouveau démocratique.

 

Le brevet des collèges est reporté en raison de la canicule 

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer décide de reporter le brevet des collèges au 1er et 2 juillet en raison de la canicule. Il était initialement prévu les 27 et 28 juin. Le ministère ne veut prendre aucun risque quant à la santé des élèves. Du fait de l’annonce tardive du report, le ministère sera conciliant envers les élèves qui ne pourront pas se présenter aux épreuves s’ils ont un justificatif valable. Ceux-ci pourront se présenter aux épreuves de rattrapage de septembre. Le planning des corrections sera resserré pour conserver la date de publication des résultats.

 

 

– JEUDI 27 JUIN –

 

Deux attentats-suicide visant la police ébranlent la Tunisie

Alors que la saison touristique s’ouvre et à quelques mois d’échéances électorales importantes, deux attentats-suicide visent la police de Tunis. Pour l’heure, le bilan fait état d’un mort et d’une dizaine de blessés. L’État islamique les revendique. Ce même jour, le Président Essebsi, âgé de 92 ans, est hospitalisé après avoir été victime d’un grave malaise. Les attentats font échos à ceux de 2015 qui avaient touché des lieux touristiques et considérablement ébranlé l’économie du pays. Dans un contexte politique et économique délicat, ces attentats témoignent de la persistance de groupes terroristes en Tunisie malgré un renforcement sécuritaire sans précédent.

 

 

– VENDREDI 28 JUIN –

 

La Cour de cassation rend sa dernière décision dans l’affaire Vincent Lambert

L’État, les ministères de la Santé et des Affaires étrangères et le CHU de Reims, où est hospitalisé le patient, s’étaient pourvus en cassation après la décision de la Cour d’appel ordonnant la reprise de l’alimentation et de l’hydratation. Les juges de la Cour de cassation décident de casser l’arrêt de la Cour d’appel, estimant que cette dernière n’avait pas à considérer comme contraignante la demande du Comité des droits des personnes handicapées. Ce Comité avait appelé à attendre son avis avant d’ordonner l’arrêt des soins. Selon le code de la santé publique, un CHU a la possibilité de “cesser de prodiguer à un patient des soins vitaux”. Cette décision ouvre la voie à un nouvel arrêt des soins.

 

Pour en savoir plus, venez consulter notre Focus : Faut-il changer la loi sur l’euthanasie ?

 

La Commission européenne conclut un accord commercial avec le Mercosur

L’Union européenne et l’union sud-américaine rassemblant le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay, se mettent d’accord pour établir un espace de libre-échange à cheval sur les deux continents. Concrètement, cet accord permet de supprimer plus de 90% des droits de douanes dans divers domaines, notamment l’industrie et les produits agricoles. Il forme un espace contenant plus de 780 millions de consommateurs. Il permet aux entreprises européennes de venir s’implanter en Amérique du sud en économisant 4 milliards d’euros de droit de douane par an. Cet accord pose toutefois plusieurs problèmes aux écologistes et aux agriculteurs. Les premiers sont inquiets quant aux normes environnementales différentes sur les deux continents. Les seconds se soucient du fait que les produits sud-américains viennent les concurrencer sans qu’eux aient les moyens de profiter du marché créé par l’accord. Pour l’heure, ce dernier doit d’abord être accepté par chacun des pays membres puis par le Conseil européen avant d’entrer en vigueur.

 

Pour en savoir plus, venez consulter notre Focus : Faut-il changer d’Europe ?

 

 

– SAMEDI 29 JUIN –

 

Le G20 se conclut sur un accord sans recul mais aussi sans grande avancée

La réunion annuelle des 20 plus grandes puissances mondiales s’est déroulée à Osaka au Japon. Les questions du climat et du commerce mondial étaient au coeur des négociations. Les discussions ont été âpres mais la majorité des pays sont parvenus à se mettre d’accord sur les termes. Toutefois, l’accord ne diffère pas dans les grandes lignes du précédent. L’enjeu cette fois-ci était plutôt de conserver les acquis. En effet, les États-Unis se sont retirés en 2017 des accords de Paris sur le climat qui fixent les objectifs en terme de lutte contre le réchauffement climatique. Depuis lors, ils ne signent plus les accords du G20 sur le climat qui réaffirment l’engagement de chacun dans cette lutte et l’irréversibilité des accords de Paris. Or, cette année les États-Unis ont tenté de faire basculer plusieurs pays dans leur camp, notamment le Brésil et l’Arabie Saoudite. Concernant le commerce, les accords font apparaître la nécessité de réformer l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

 

– DIMANCHE 30 JUIN –

 

Donald Trump rencontre Kim Jong-un à la frontière entre les deux Corées

Le leader nord-coréen a répondu favorablement à l’invitation de Donald Trump de venir se serrer la main en un lieu hautement symbolique. Panmunjom est le seul point de contact de la zone démilitarisée entre le deux Corées, séparées depuis le fin de la guerre en 1953. Les deux chefs d’État réaffirment par cette rencontre leur volonté d’apaiser les tensions entre les pays et de revenir à la table des négociations. Les discussions étaient au point mort depuis leur rencontre de février à Hanoï, où chacun était resté campé sur ses positions sur la question du nucléaire. Donald Trump devient par cette rencontre le premier Président américain à pénétrer en territoire nord-coréen. Certains observateurs y voient un concentré de la diplomatie selon Donald Trump, c’est-à-dire une diplomatie de l’image choc et de la communication. Cette belle image pourrait lui servir dans la course à sa réélection. Mais il mettent en doute l’impact réel de cette action sur les prochaines discussions.

 

 

INSCRIVEZ-VOUS AUJOURD’HUI

Abonnez-vous aux synthèses !

Inscription