Espace membre
[swpm_login_form]

La synthèse hebdo du 7 mai

Publié le 07 mai 2018, par Matthieu Devillard

AU PROGRAMME CETTE SEMAINE :

– 1 –

Qui sont ces blacks blocs qui ont empêché le déroulement des manifestations du 1er mai ?

 

Télécharger la synthèse

 

– MARDI 1ER MAI –
Les manifestations du 1er mai entachées par des actes de violence

 

Les faits

La traditionnelle manifestation du 1er mai s’est retrouvée bloquée au niveau du pont d’Austerlitz. Elle a été arrêtée par les forces de l’ordre, qui ont dû faire face aux assauts de 1 200 black blocs. Trente-et-un commerces et douze véhicules ont été dégradés, dont deux commerces et deux véhicules incendiés. Près de 300 personnes ont été interpellées dont une centaine a été placée en garde à vue.

La manifestation, dans un contexte de forte contestation de la politique sociale du gouvernement, a rassemblé 35 000 personnes à Paris et 150 000 dans toute la France selon le Ministère de l’Intérieur (55 000 et 200 000 selon la CGT).

 

Le contexte

Le 1er mai trouve son origine à la fin du XIXe siècle lorsque le mouvement ouvrier voulait obtenir la réduction de la journée de travail à 8h par une journée annuelle de grève. Le mouvement a alors une envergure internationale, le temps de travail quotidien étant de 10h au moins dans la plupart des pays industrialisés.

Obtenant finalement gain de cause, notamment en 1919 en France, le 1er mai se transforme en un jour pour faire mémoire du combat des travailleurs et travailleuses. Il est encore l’occasion de mobilisations à caractère social.

Aujourd’hui en France, il est assez rare que les syndicats défilent ensemble. Cette année, la CGT avait formulé sans succès un appel à l’unité face à ce qu’il décrit comme une stratégie de division menée par Emmanuel Macron.

Face aux violences des black blocs, les avis sont divisés. Si certains comme Jean-Luc Mélenchon les ont dénoncées, d’autres comme Philippe Poutou ont refusé de les condamner, dénonçant la plus grande violence dont font preuve les entreprises en licenciant et gardant de bas salaires.

Les black blocks sont des groupes éphémères (le temps d’une opération) issus des mouvances libertaires et anarchistes. Ils peuvent être pacifiques comme très violents. En l’occurrence, les violences ont été multiples. La France Insoumise a appelé à venir fêter le premier anniversaire de présidence de Macron avec une « fête à Macron », soit un rassemblement de tous ceux à qui le gouvernement ne laisse pas la parole.

La mobilisation du 1er mai avait donc cette année un écho particulier dans ce contexte de réformes multiples. La réforme la plus actuelle notamment est celle de la SNCF. La mesure la plus médiatisée et contestée de cette réforme de la SNCF est la suppression du statut de cheminot. Ce statut de cheminot comprenait la sécurité de l’emploi, des régimes de sécurité sociale et de retraite spécifiques, une évolution de carrière prévisible et automatique, une médecine gratuite et sans avance de frais.

L’autre mesure phare est l’ouverture à la concurrence, ouverture en réalité déjà prévue par l’Union Européenne depuis longtemps. Il est également question du statut juridique de SNCF Réseau (la société qui possède et gère le réseau ferré français) en SA (Société Anonyme). Elle resterait publique, mais serait soumis à plus d’exigence en termes de rentabilité et de contrôle de la dette. Cela fait craindre aux cheminots la fermeture des petites lignes de campagnes non rentables.

 

 

Inscrivez-vous aujourd’hui

Abonnez-vous aux synthèses !

Inscription