Espace membre
[swpm_login_form]

La synthèse hebdo du 2 juillet

Publié le 02 juillet 2018, par Matthieu Devillard

AU PROGRAMME CETTE SEMAINE :

– 1 –

L’accord européen sur les migrants peut-il être considéré comme un succès ?

– 2 –

Comment s’est passée la Marche des Fiertés ?

– 3 –

Pourquoi Simone Veil fait-elle son entrée au Panthéon ?

 

La synthèse du 2 juillet

 

– VENDREDI 29 JUIN –

Les dirigeants européens trouvent un accord sur les migrants au bout de la nuit

Les faits

Après une dizaine d’heures de négociations, les dirigeants européens sont parvenus à un accord vendredi à 4h30 du matin. Plusieurs mesures sont prévues par cet accord.

L’accord prévoit notamment l’ouverture de centres d’accueil dits « contrôlés » dans les pays de premier accueil. Leur objectif sera de mieux gérer les bateaux venant de Libye et entrant dans les eaux internationales. Il est également prévu de réfléchir à l’ouverture de plateformes de débarquement hors de l’UE, dont le but serait de dissuader les migrants de traverser la Méditerranée.

Certaines critiques ont jailli, notamment du côté des Républicains et du Rassemblement National, doutant notamment de la mise en œuvre réelle de cet accord. En effet, l’accord prévoit que les centres d’accueil soient créés sur la base du volontariat. A partir de ces centres, ceux qui auront été considérés comme de vrais demandeurs d’asile seront répartis dans l’UE, toujours de manière volontaire. Quant à la création des plateformes de débarquement, le Maroc et la Tunisie se sont déjà opposés à ce que cela se fasse chez eux.

Les ONG de secours aux migrants, ainsi que le Parti Communiste et la France Insoumise dénoncent à l’inverse un blocage des migrants hors de l’Union Européenne et l’absence de toute politique d’accueil des migrants. Malgré les critiques, Emmanuel Macron s’est pour sa part réjoui de ce qu’il considère comme une victoire de la coopération européenne. L’Italie s’est dit également satisfaite, ayant obtenu selon elle 70% de ce qu’elle demandait. Angela Merkel était plus mesurée, y voyant un bon signal mais notant le chemin qu’il reste à parcourir pour rapprocher les différents points de vue.

Le contexte

Cet accord intervient après plusieurs évènements notables en Europe en matière d’immigration, notamment la menace d’une crise politique en Allemagne et le désaccord qui a opposé la France à l’Italie sur la question de l’Aquarius (voire la synthèse du 25 juin 2018).

Les définitions

Eaux internationales : également appelées « haute mer », eaux qui ne sont sous l’autorité d’aucun Etat, mais considérées comme un bien mondial. Elles commencent à un maximum de 200 milles nautiques (370 km) de la côte. La zone qui se trouvent entre la haute mer et la côte est nommée « eaux sous juridiction d’un Etat côtier ».

 Pays de premier accueil : pays les plus au sud de l’Europe, notamment l’Italie et la Grèce, et donc plus proches des côtes africaines, dans lesquels les migrants arrivent d’abord avant de se rendre éventuellement dans d’autres pays européens. Les pays de second accueil, comme la France, sont les pays par lesquels circulent les migrants pour tenter de rejoindre d’autres pays.

 Rassemblement National : nouveau nom du Front National, adopté à 80% des votes d’adhérents exprimés et entré en vigueur le 1er juin 2018.

 

– SAMEDI 30 JUIN –

Nouvelle édition de la Marche des Fiertés

Les faits

L’édition 2018 de la Marche des Fiertés (ou Gay Pride) s’est déroulée sur le thème des discriminations et de l’homophobie dans le sport, vu comme un révélateur de l’état de notre société. L’Inter-LGBT affirme vouloir combattre les chants homophobes dans les stades, les mutilations et traitements subis par les athlètes féminins ou l’impossibilité de dévoiler son homosexualité dans le sport par peur de perdre ses sponsors. Elle a une nouvelle fois rassemblé des milliers de manifestants à Paris. Malgré de légères dégradations (des tags sur une statue de Jeanne d’Arc, vue comme un symbole du Rassemblement National), la journée s’est globalement déroulée dans la bonne humeur affirment les organisateurs.

Quelques tensions sont toutefois nées en interne. Plusieurs centaines de personnes ont même défilé devant le cortège pour dénoncer le pinkwashing dont se rendrait coupable le mouvement LGBT lui-même. Ils l’accusent de faire le jeu d’une récupération politique par la Mairie de Paris et par le gouvernement, d’ouvrir ses portes aux multinationales (comme Tinder et Mastercard présents dans le cortège) et de se dépolitiser (refusant d’aborder le thème de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour ne pas entrer dans un bras de fer avec le gouvernement).

Le Président de l’Assemblée Nationale, François de Rugy, avait décidé de parer le Palais Bourbon du drapeau LGBT. Ce drapeau a été déchiré vendredi par un individu qui a été interpellé et s’est défini comme un militant d’extrême-droite et anti-LGBT. Au-delà de cette action, les critiques n’ont pas manqué concernant cette initiative de parer l’Assemblée aux couleurs du mouvement LGBT. Pour ces opposants, le mouvement LGBT serait porteur d’un esprit communautariste que ne saurait tolérer la République et d’une idéologie qui ne représenterait nullement l’ensemble des personnes homosexuelles.

Le contexte

En septembre 2017, la secrétaire d’État à l’égalité homme-femme Marlène Schiappa a déclaré que le gouvernement entendait ouvrir la PMA à toutes les femmes, alors qu’elle est aujourd’hui réservée aux couples infertiles ou susceptibles de transmettre une maladie grave à leur enfant.

En janvier dernier, le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) a initié une vaste consultation afin de préparer les révisions des lois de bioéthique qui devrait avoir lieu prochainement (comme environ tous les cinq ans). Les trois plus gros sujets abordés étaient la génomique, la fin de vie et la Procréation Médicalement Assistée.

Dans ce cadre, une consultation nationale en ligne a été lancée pour sonder l’avis des citoyens. Selon le CCNE, elle a mobilisé au-delà des attentes. L’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes y était rejetée à près de 90%, le mouvement LGBT dénonçant alors une récupération par la Manif Pour Tous..

Les définitions

Comité Consultatif National d’Ethique pour les sciences de la vie et de la santé : organisme consultatif indépendant dont la mission est de donner un avis sur les questions éthiques et de société soulevées par les progrès des connaissances biologiques, médicales et sanitaires.

Inter-LGBT : fédération d’une soixantaine d’associations qui militent pour les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres et luttent contre les discriminations fondées sur les mœurs, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

Marche des Fiertés : manifestation destinée à donner de la visibilité aux personnes LGBTQ+ et à revendiquer la liberté et l’égalité des orientations sexuelles et des identités de genre. LBGTQ+ désigne les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles (attirance pour les deux sexes), transsexuelles (identité de genre différent du sexe d’origine) et queer (ensemble des orientations autres qu’hétérosexuelles).

Palais Bourbon : palais qui abrite l’Assemblée Nationale.

Pinkwashing : technique de communication fondée sur la promotion de l’homosexualité par une entreprise ou par une entité politique pour essayer de modifier son image et sa réputation dans un sens progressiste, tolérant et ouvert.

Procréation Médicalement Assistée : ensemble des pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient dans la procréation.

Rassemblement National : nouveau nom du Front National, adopté à 80% des votes d’adhérents exprimés et entré en vigueur le 1er juin 2018..

 

– DIMANCHE 1ER JUILLET –

Simone Veil accueillie au Panthéon avec son mari

Les faits

Dimanche, les cercueils de Simone Veil (et de son mari Antoine Veil) sont entrés au Panthéon. Elle est la cinquième femme à y être accueillie. Les deux cercueils, qui étaient depuis vendredi au Mémorial de la Shoah, ont rejoint en voiture la place Edmond Rostand, à 300 mètres dans l’axe de l’entrée du Panthéon. Les derniers mètres ont été parcourus à pied, les deux cercueils étant porté par des gardes républicains.

Trois arrêts ont été marqués par le cortège pour écouter des chants ou des textes, symbolisant les trois grands combats de Simone Veil : pour les droits des femmes, pour l’Europe et pour la mémoire des rescapés de la Shoah.

Emmanuel Macron a alors prononcé un discours devant une assemblée d’environ 1000 personnes proches du couple Veil et quelques centaines de personnes venues assister à la cérémonie. Nicolas Sarkozy et François Hollande était également invités.

Le contexte

Juive, Simone Jacob est déportée à Auschwitz à l’âge de 16 ans où elle perd son père, sa mère et son frère. Rescapée avec ses deux sœurs, elle épouse Antoine Veil en 1946. Elle se lance en politique et est nommée Ministre de la Santé par Valéry Giscard d’Estaing. Elle fait alors adopter la loi dépénalisant l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), aujourd’hui connue comme la « loi Veil ». De 1979 à 1982, elle est la première femme à présider le Parlement Européen. Elle y œuvre en faveur de la construction européenne et de la réconciliation franco-allemande. Elle décède le 30 juin 2017, un an avant son entrée au Panthéon décidée par Emmanuel Macron.

Elle est aujourd’hui l’une des personnalités préférées des français, érigée en symbole de la libération des femmes. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas. A l’époque, une large partie de la population s’était opposée à la loi Veil. Aujourd’hui, Simone Veil est mieux acceptée par les opposants à l’IVG. Tout en actant leur désaccord avec elle, ils n’hésitent pas à faire référence à la notion d’exception de l’IVG (pour les urgences sanitaires) que défendait alors Simone Veil, et qui n’est plus mentionnée dans la loi actuelle. Lors du décès de Simone Veil, un site à son hommage avait été créé par le mouvement des Survivants, défendant justement un IVG d’exception. Cette initiative avait été dénoncé par les défenseurs de l’IVG comme un coup de com anti-IVG.

Les définitions

Interruption Volontaire de Grossesse : avortement déclenché pour des raisons non médicales et dans un cadre légal. Un avortement réalisé pour des raisons médicales (malformation, maladie incurable) est appelé Interruption Médicale de Grossesse (IMG). Lorsque l’avortement est réalisé hors cadre légal, on parle d’avortement clandestin.

Parlement européen : organe parlementaire de l’Union européenne, élu au suffrage universel direct (c’est-à-dire que les députés européens sont élus directement par les citoyens européens). Il peut être considéré comme l’équivalent européen de notre Assemblée Nationale et partage le pouvoir législatif avec le Conseil de l’Union Européenne (qui réunit des ministres des Etats membres qui, selon les sujets traités, se réunissent en formations spécialisées).

 

 

Inscrivez-vous aujourd’hui

Abonnez-vous aux synthèses !

Inscription