Espace membre
[swpm_login_form]

La synthèse hebdo du 1er octobre

Publié le 01 octobre 2018, par Matthieu Devillard

AU PROGRAMME CETTE SEMAINE

 

– 1 –
A quoi sert l’Assemblée générale de l’ONU ?

– 2 –
Quels enjeux derrière le clip « Pendez les blancs » de Nick Conrad ?

– 3 –
Qu’a dit Edouard Philippe sur la PMA, les allocations chômage et l’affaire Benalla sur le plateau de l’Emission Politique ?

– 4 –
Les Etats-Unis et le Canada ont-ils trouvé un accord pour remplacer l’ALENA ?

 

Imprimer la synthèse

 

 

MARDI 25 SEPTEMBRE –

LE DEBAT GENERAL ANNUEL DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU EST OUVERT

Les faits

La session annuelle de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) s’est ouvert mardi et doit durer jusqu’au premier octobre. Donald Trump et Emmanuel Macron y sont notamment intervenus à une heure de décalage. Le Président américain a vanté les résultats économiques de son pays et défendu la souveraineté américaine, qu’il juge prioritaire à la gouvernance mondiale. Il a estimé que les Etats-Unis refusait de dire aux autres nations comment vivre, travailler ou croire, demandant que sa souveraineté soit en retour respectée. Emmanuel Macron a défendu à l’inverse le multilatéralisme et la coopération, qu’il a opposé à l’unilatéralisme, la loi du plus fort et le repli sur soi.

 

Le contexte

Les deux dirigeants s’étaient rencontrés la veille pour discuter de leur différents commerciaux (voir la synthèse du 4 juin 2018) et des grands sujets internationaux du moment, notamment la Syrie (voir la synthèse du 24 septembre 2018) et l’Iran. En effet, l’Union Européenne, qui tente de sauver l’accord sur le nucléaire iranien que les Etats-Unis ont quitté en mai dernier (voir la synthèse du 21 mai 2018), cherche à contourner les sanctions américaines qui touchent les entreprises commerçant avec l’Iran. Elle s’apprête ainsi à créer une entité légale – un Special Vehicle Purpose (SVP) – qui permettra aux entreprises européennes de continuer à commercer avec l’Iran sans subir les sanctions américaines. Pour faire simple, il s’agit d’un système de troc sophistiqué selon lequel l’Iran pourra utiliser la somme correspondant à ses livraisons en pétrole pour acheter des produits européens.

L’Iran a par ailleurs subi un attentat samedi 22 septembre à Ahvaz en plein défilé militaire. Bien que l’attentat ait été revendiqué par l’Etat Islamique, l’Iran a accusé « un régime étranger » soutenu par Washington, visant sans doute l’Arabie Saoudite alliée aux Etats-Unis. Après avoir promis des représailles terribles, l’Iran s’est exécuté en bombardant dimanche 30 octobre un camp terroriste en Syrie.

 

Les définitions

Assemblée générale des Nations-Unies : un des six organes principaux des Nations-Unies, le seul dans lequel tous les États Membres ont le même pouvoir : un Etat, une voix. Ce forum unique compte des représentants des 193 États Membres de l’ONU qui y discutent et coopèrent sur tout un éventail de questions internationales citées dans la Charte des Nations Unies, comme le développement, la paix, la sécurité, le droit international, etc. Tous les États Membres se rassemblent en septembre dans la Salle de l’Assemblée générale à New York pour une session annuelle.

Gouvernance mondiale : mode de régulation supranationale, issu le plus souvent de la coopération internationale, édictant des règles d’organisation à l’échelle de la planète.

Multilatéralisme : système de relations internationales qui privilégie les négociations, les engagements réciproques, les coopérations, les accords entre plus de deux pays, dans le but d’instaurer des règles communes.

Organisation des Nations-Unies (ONU) : organisation internationale créée en 1945, regroupant désormais 193 pays et dont l’objectif est d’assurer la paix et la sécurité internationale.

Unilatéralisme : choix d’un Etat de  prendre ses décisions et d’agir seul, sans concertation avec ses alliés ni négociation avec ses adversaires.

 

 

MERCREDI 26 SEPTEMBRE –

UNE ENQUETE EST OUVERTE PAR LE PARQUET DE PARIS A PROPOS D’UN CLIP DE RAP APPELANT A PENDRE LES BLANCS

Les faits

La justice a ouvert mercredi une enquête pour « provocation publique à la commission d’un crime ou d’un délit » après la publication d’un clip intitulé PLB par le rappeur Nick Conrad. La chanson invitait notamment à tuer les bébés blancs dans les crèches et écarteler et pendre leurs parents pour divertir les enfants noirs. Le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a dénoncé des paroles abjectes et ignominieuses. Pour le rappeur, sa chanson est un message d’amour en profondeur visant à retranscrire des choses qu’ont réellement subies les noirs pour susciter un prise de conscience à travers l’inversion pédagogique de la position entre les noirs et les blancs.

La Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (Licra) a dénoncé un clip d’une violence inouïe. L’association française SOS Racisme, notant que l’information a été relayée et révélée par la fachosphère, regrette pour sa part que l’on parle d’un racisme anti-blanc, un terme qui sous-entendrait selon eux que le vrai racisme serait uniquement celui qui touche les blancs. L’Organisation de Lutte contre le Racisme Anti-blanc (OLRA), qui travaille à faire reconnaître cette forme tabou de racisme, s’est réjoui de l’unanimité exceptionnelle des condamnations du clip de Nick Conrad.

 

Le contexte

Cette polémique intervient dans un contexte où l’Europe se divise à propos de l’accueil des migrants entre partisans du multiculturalisme et partisans d’une maîtrise de l’immigration, et une semaine après la polémique entre Eric Zemmour et Hapsatou Sy (voir la synthèse du 24 septembre 2018).

Par ailleurs, le sort de l’Aquarius, seul navire de recherche et sauvetage non gouvernemental en Méditerranée, était une fois encore au cœur de l’actualité. Un mois après Gibraltar, le Panama a d’abord décidé dimanche 23 de lui retirer son pavillon, décision qui prendra effet la prochaine fois que le bateau accostera dans un port. La raison invoqué est le non-respect des procédures juridiques internationales rapporté par des rapport nationaux, la principale plainte émanant des autorités italiennes. L’Organisation Non-Gouvernementale (ONG) SOS Méditerranée, propriétaire de l’Aquarius, a dénoncé des pressions du gouvernement italien sur le Panama qui pourraient avoir pour conséquence des centaines de morts en Méditerranée. Le gouvernement italien a cependant nié toute pression de sa part sur le Panama.

La question du port qui accueillerait l’Aquarius a de nouveau fait l’objet de nombreuses tergiversations. Le navire a d’abord mis le cap vers Marseille avec 58 migrants à bord, demandant à la France la permission d’un débarquement exceptionnel à titre humanitaire. Les autorités françaises ne le lui ont finalement pas permis, les invitant à accoster dans le port le plus proche, soit Malte – qui a fini par accepter. La France accueillera 18 migrants, les autres étant répartis entre l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal.

 

Les définitions

Crime : infraction la plus grave. En France, les peines encourues pour un crime vont de 15 ans à la perpétuité – contre l’absence de prison pour la contravention et une peine de 2 mois à 10 ans pour le délit.

Délit : infraction située entre la contravention et le crime. En France, les peines encourues pour un délit vont de 2 mois à 10 ans de prison – contre l’absence de prison pour la contravention et une peine de 15 ans à la perpétuité pour le crime.

Migrants : pas de définition juridique reconnue. Selon l’ONU, personne qui a résidé dans un pays étranger pendant plus d’une année, quelles que soient les causes, volontaires ou involontaires, du mouvement, et quels que soient les moyens, réguliers ou irréguliers, utilisés pour migrer. Selon cette définition, une personne partant travailler plus d’un an à l’étranger est considérée comme migrant. Une personne reconnue comme fuyant une crise politique majeure dans son pays d’origine est dite réfugiée, tandis qu’une personne demandant le statut de réfugié est un demandeur d’asile.

Multiculturalisme : doctrine qui met en avant la diversité culturelle comme source d’enrichissement de la société.

Organisation Non-Gouvernementale (ONG) : association à but non lucratif, d’intérêt public ou ayant un caractère humanitaire, qui ne dépend ni d’un Etat, ni d’une institution internationale.

Pavillon : pièce d’étoffe de forme rectangulaire que l’on hisse sur un navire pour indiquer sa nationalité. Tout navire, pour naviguer, doit en effet être enregistré dans un Etat. S’il est en théorie nécessaire pour cela d’avoir un lien substantiel avec l’Etat délivrant le pavillon, les conditions fixées par chaque pays sont plus ou moins exigeantes.

 

 

JEUDI 27 SEPTEMBRE –

BENALLA, PMA ET DEGRESSIVITE DES ALLOCATIONS CHOMAGES ONT ETE ABORDES PAR LE PREMIER MINISTRE SUR L’EMISSION POLITIQUE

 

Les faits

Jeudi 27, le Premier Ministre Edouard Philippe était l’invité de l’Emission Politique sur France 2. Pour son deuxième passage sur l’émission depuis le début du quinquennat, il était interrogé par les journalistes Léa Salamé et Thomas Sotto, avant de débattre avec Laurent Wauquiez, président des Républicains (LR) et ainsi considéré comme chef de l’opposition.

Concernant l’affaire Benalla (voir la synthèse du 6 août 2018), il a d’abord assuré avoir déjà tout dit sur le sujet avant d’affirmer que les français ont selon lui compris qu’il ne s’agissait pas d’un affaire d’Etat mais d’une déplorable affaire individuelle. Il a rappelé que la sanction contre Benalla a été immédiate, tout en concédant qu’on puisse la considérer insuffisante.

Concernant la dégressivité de l’allocation chômage, il l’a jugée envisageable pour les personnes qui bénéficient d’une forte employabilité et de salaires élevés.

Enfin, concernant la Procréation Médicalement Assistée (PMA), le Premier Ministre s’est dit favorable à son ouverture au femmes célibataires et aux couples de femmes, reconnaissant avoir changé d’avis depuis un an. Il a également ouvert la voie à son remboursement, tout en précisant que celui-ci ne devait pas être généralisé, absolu et tout-le-temps.

 

Le contexte

Alexandre Benalla a été convoqué à une audition devant une commission d’enquête du Sénat. Craignant une confusion dans la séparation des pouvoirs – qui veut que le législatif ne s’occupe pas du judiciaire – et soutenu en cela par ses avocats ainsi que par la Ministre de la Justice Nicole Belloubet, il a dans un premier temps refusé de s’y rendre. La commission d’enquête a rétorqué que nul ne pouvait se soustraire à son droit de citation directe. Si Alexandre Benalla s’est donc finalement rendu à son audition, les trois sénateurs de La République En Marche (LREM) qui étaient membres de la commission ont pour leur part refuser d’y participer, estimant que le Sénat outrepassait ses compétences.

Plusieurs sujets devaient être abordés pendant cette audition. La première question est celle de la faiblesse et de la réelle application des sanctions de l’Elysée. En effet, alors que Benalla devait être suspendu de ses fonctions pendant deux semaines puis ne plus pouvoir revêtir de fonctions d’organisation de la sécurité du Président, il est ensuite apparu sur de nombreuses photos auprès d’Emmanuel Macron lors ses différents déplacements. Deuxième difficulté, le fait que l’Elysée n’ait pas saisi la justice alors que la loi exigeait que le procureur de la République soit prévenu. Le secrétaire de l’Elysée Patrick Strzoda, qui a décidé des sanctions à l’encontre de Benalla, avait prétendu qu’il ne disposait pas alors des éléments suffisants pour le faire. Ensuite, le flou autour de la réalité des fonctions d’Alexandre Benalla à l’Elysée interroge sur son droit de porter des armes. Selon l’intéressé, il n’était ni policier ni garde du corps du Président et avait obtenu son autorisation de port d’arme – normalement réservée aux forces de l’ordre, aux militaires et à quelques personnes exposées à un risque pour leur vie – pour des raisons personnelles. Enfin, la gestion de la crise a été vivement critiquée, que ce soit le long silence de Macron ou les contradictions entre les témoignages des différents acteurs qui se sont renvoyé mutuellement les responsabilités de l’affaire.

Concernant les allocations chômage, actuellement, un chômeur indemnisé touche une Allocation de Retour à l’Emploi (ARE) correspondant généralement à 57 %  de son ancien salaire journalier de référence, une somme fixe touchée jusqu’à épuisement de ses droits, qui dépendent du temps passé auparavant comme salarié.

Sur le sujet de la PMA, c’est en 1982 que Jacques Testart a donné naissance au premier bébé éprouvette en France. La PMA est aujourd’hui autorisée pour les couples hétérosexuels, mariés ou pouvant justifier d’une vie commune de deux ans minimum, en âge de procréer, et uniquement en cas d’infertilité ou de risque de transmission d’une maladie grave à l’enfant. Elle est prise en charge à 100% par l’assurance maladie, à condition que la femme n’ait pas plus de 43 ans. Son ouverture aux femmes célibataires et aux couples de femmes était un engagement de campagne d’Emmanuel Macron, tandis qu’Edouard Philippe exprimait ses réserves il y a un an. Le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) a donné mardi un avis favorable concernant l’extension de la PMA à toutes les femmes.

Pour les partisans de la PMA dite « pour toutes », il s’agirait d’une mesure d’égalité mettant fin à une situation discriminante envers les femmes célibataires et surtout lesbiennes, et s’adaptant à l’évolution d’une société marquée par une grande diversité de contextes familiaux. Les opposants, parmi lesquels la Manif Pour Tous, regrettent pour leur part que la figure du père ne soit plus nécessaire à l’accueil d’un enfant, créant ainsi volontairement de nouvelles situations difficiles de familles notamment monoparentales. Ils y voient l’apparition d’un droit à l’enfant primant sur les droits de l’enfant – c’est-à-dire que le désir d’enfant des adultes serait supérieur à l’intérêt de l’enfant et son besoin d’un père. Certains vont même jusqu’à remettre en question le principe même de la PMA, y compris pour les couples hétérosexuels infertiles. Ils dénoncent en effet un pratique eugénique – les embryons surnuméraires sont abandonnés – et une marchandisation de l’enfant. Ils craignent également que la légalisation de la PMA ouvre la voie à une légalisation de la Gestation Pour Autrui (GPA). Concernant le CCNE, ils regrettent un organisme qui ne s’interroge plus sur ce qui est éthique mais se contente de suggérer le moment opportun pour permettre dans la loi telle ou telle nouvelle pratique.

 

Les définitions

Affaire d’Etat : affaire judiciaire dans laquelle les dirigeants de l’État sont mis en cause d’une manière ou d’une autre.

Bébé éprouvette : Bébé conçu par Fécondation In Vitro (FIV).

Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) : Organisme consultatif créé en 1983 par François Mitterrand, qui a pour objectif d’éclairer les progrès de la science, soulever des enjeux de société nouveaux et poser un regard éthique sur ces évolutions.

Commission d’enquête : instrument mis à la disposition des assemblées parlementaires (Sénat et Assemblée Nationale) pour contrôler le Gouvernement en recueillant des éléments d’information sur un problème généralement significatif et relativement grave, qu’ils concernent des faits déterminés ou la gestion des services publics ou d’entreprises publiques.

Dégressivité de l’allocation chômage : diminution progressive dans le temps des allocations chômage versées à une personne sans emploi.

Embryon surnuméraire : embryons non transférés (et donc congelés, détruits ou donnés à la recherche) dans l’utérus de la mère lors d’une Fécondation In Vitro (FIV) dont le caractère aléatoire nécessite de faire plusieurs fécondations simultanées pour optimiser les chances.

Eugénisme : en son sens premier, domaine de la génétique appliquée qui cherche à améliorer l’espèce humaine. Plus connu en un deuxième sens, le définissant comme une attitude philosophique ou la théorie qui préconise une amélioration du patrimoine génétique de certaines populations humaines par la sélection, par l’interruption de la grossesse, par l’interdiction de la reproduction des individus considérés comme inférieurs ou même par élimination.

Gestation Pour Autrui (GPA) : Technique de Procréation Médicalement Assistée (PMA) consistant à inséminer une mère porteuse – ou gestatrice – pour porter le bébé, qui sera remis au couple commanditaire en fin de grossesse.

Procréation Médicalement Assistée (PMA) ou Assistance Médicale à la Procréation (AMP) : ensemble des traitements et ou techniques qui permettent la procréation en dehors du processus naturel. Elle est encadrée en France par la loi n°2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique. Elle peut avoir lieu par insémination artificielle (injection de sperme en période d’ovulation), Fécondation In Vitro (FIV, technique de fécondation réalisée en laboratoire – in vitro – avant de transférer l’embryon dans l’utérus pour la grossesse) ou Gestation Pour Autrui (GPA, qui consiste à inséminer une mère porteuse – ou gestatrice – pour porter le bébé, qui sera remis à la personne ou au couple commanditaire en fin de grossesse).

Procureur de la République : magistrat du ministère public chargé de l’action publique dans le ressort d’un tribunal de grande instance (TGI)

Salaire journalier de référence : salaire journalier correspondant à la moyenne des salaires bruts des douze derniers mois, moins les absences maladie.

 

 

DIMANCHE 30 SEPTEMBRE –

UN ACCORD DE LIBRE-ECHANGE A ETE TROUVE ENTRE LE CANADA ET LES ETATS-UNIS

 

Les faits

Les Etats-Unis, le Mexique et le Canada sont parvenus à un nouvel accord de libre-échange, l’Accord économique Etats-Unis, Mexique, Canada (AEUMC), en remplacement de l’Accord de Libre-Echange Nord-Américain (ALENA). L’accord a été conclu dimanche 30 septembre, soit la date limite imposée par les Etats-Unis pour conclure cet accord. Les Etats-Unis ont notamment obtenu un assouplissement du marché laitier canadien – le Canada imposant des quotas annuels aux éleveurs pour maîtriser la production et le prix du lait – en échange de la levée des droits de douane sur l’acier et l’aluminium.

 

Le contexte

La renégociation du traité faisait suite aux critiques importantes de Donald Trump contre l’Alena, qu’il accusait d’avoir causé la perte de millions d’emplois américains, notamment dans le secteur automobile. Les Etats-Unis et le Mexique était déjà parvenus à un accord fin août dans l’espoir que le Canada pourrait le rejoindre rapidement (voir la synthèse du 3 septembre 2018). Le texte doit encore recevoir l’aval des parlements des trois pays avant de pouvoir entrer en vigueur.

 

Les définitions

Accord de Libre-Echange Nord-Américain (ALENA) ou NAFTA en anglais : North American Free Trade Agreement ; TLCAN en espagnol : Tratado de Libre Comercio de América del Norte : traité entré en vigueur en 1994 instituant une zone de libre-échange entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. Cette zone génère aujourd’hui des échanges à hauteur de plus de 1 000 milliards de dollars (850 milliards d’euros) par an.

Droits de douane (ou tarifs douaniers)  : impôt sur des marchandises importées, qui s’applique lorsque lesdites marchandises passent la frontière. Il peut être forfaitaire ou équivalent à un pourcentage du prix de la marchandise. Le droit de douane augmentant le prix des marchandises étrangères, il a pour objectif de favoriser la consommation des produits nationaux.

Libre-échange : système économique qui prône la libre circulation des produits et services au sein d’une même zone géographique par la suppression des barrières douanières (droits et taxes) et de tout ce qui peut entraver le commerce.

 

Inscrivez-vous aujourd’hui

Abonnez-vous aux synthèses !

Inscription